L’Agence française de développement (AFD) s’est engagée dans un programme d’assistance technique de trois ans pour accompagner le ministère de la Justice dans trois volets relatifs à la formation sur les droits de l’homme, la construction d’infrastructures et la mise en place d’un portail sur les textes juridiques.
Le tour de ce programme d’un coût de 15 millions d’Euros a été fait par l’Ambassadeur de France au Sénégal Christophe Bigot lors d’une audience avec le nouveau ministre de la Justice Garde des Sceaux, Ismaela Madior Fall, renseigne un communiqué transmis dimanche à l’APS.
Selon le texte, Jean Christophe Bigot est revenu sur la coopération durant l’année avec un premier volet relatif à l’appui à l’initiative de la formation sur les droits de l’homme. Ensuite, poursuit le communiqué, il a évoqué « la partie liée au volet portant sur la construction des infrastructures’’.
Ainsi, il est prévu la construction du Tribunal de commerce de Dakar et de l’Ecole nationale de magistrature (ENA). Il est également prévu dans le cadre de ce programme, « la création d’un portail internet pour mettre en ligne tous les textes juridiques sénégalais ».
La moitié du financement sera sous forme de « prêt attractif à des taux concessionnels et l’autre moitié sera un don », renseigne-t-on.
En outre, l’Ambassadeur a également salué le rôle du Sénégal dans les instances internationales, notamment « le travail fait par le Sénégal pour désamorcer la vague de menaces de retrait de la CPI ».
Pour le ministre de la Justice Garde des Sceaux, « la doctrine du Sénégal est claire et s’inscrit toujours dans l’esprit de la CPI, d’autant plus que le Sénégal a été le premier à avoir signé le statut de Rome ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here