António Guterres : « la peine de mort n’a pas sa place au 21e siècle »

0
39

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, s’exprimant lors d’un événement organisé à l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort. Photo: ONU / Manuel Elias

10 octobre 2017 – A l’occasion de la Journée mondiale contre la peine de mort, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a réaffirmé mardi son opposition à la peine de mort en toutes circonstances et appelé les Etats qui y ont encore recours, à établir un moratoire officiel, en vue de l’abolir dès que possible.

« Je veux lancer un appel à tous les États qui continuent cette pratique barbare : arrêter les exécutions. La peine de mort n’a pas sa place au 21ème siècle », a déclaré le Secrétaire général lors d’une réunion organisée par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) et des Etats membres à New York.

M. Guterres a souligné que la peine de mort n’apporte que peu de choses aux victimes ou à prévenir la criminalité. « Et même avec la tenue minutieuse de procès équitables, il y aura toujours un risque d’erreur judiciaire. Le prix à payer est inacceptable ».

Le chef de l’ONU s’est félicité de constater que « le monde se dirige désormais dans la bonne direction » sur cette question de droits de l’homme.

« De plus en plus de pays abolissent la peine de mort et établissent des moratoires sur son utilisation. Environ 170 États l’ont soit supprimé soit arrêté d’y recourir », a déclaré M. Guterres.

Le Secrétaire général a notamment salué et félicité la Gambie et Madagascar pour avoir pris le mois dernier des mesures importantes vers l’abolition irréversible de la peine de mort.

« En 2016, les exécutions dans le monde ont diminué de 37% par rapport à 2015 », a dit M. Guterres. « Aujourd’hui, seulement quatre pays sont responsables de 87% de toutes les exécutions enregistrées ».

Le chef de l’ONU a toutefois fait part de sa préoccupation concernant les tendances à renverser les moratoires de longue date sur la peine de mort, dans les cas liés au terrorisme, rappelant que de nombreux pays qui poursuivent les exécutions ne respectent pas leurs obligations internationales.

« La transparence est une condition préalable pour évaluer si la peine de mort est exécutée conformément aux normes internationales relatives aux droits de l’homme », a-t-il dit. En vertu de cette transparence, M. Guterres a rappelé que les personnes ont le droit de savoir si leurs membres de la famille sont vivants ou morts et où se trouvent leurs dépouilles.

« Mais certains gouvernements cachent les exécutions et imposent un système élaboré de secret pour cacher qui est dans le couloir de la mort et pourquoi », a déploré le Secrétaire général.

Le chef de l’ONU a notamment fustigé les Etats qui classifient l’information sur la peine de mort en tant que secret d’Etat, faisant de sa publication un acte de trahison, et qui restreignent l’accès à l’information qui peut être partagée avec les avocats de la défense, limitant ainsi leur capacité à faire appel pour la clémence. Il a également dénoncé les gouvernements qui garantissent l’anonymat aux entreprises qui fournissent les médicaments utilisés pour les exécutions, afin de les protéger de la publicité négative.

« Ce manque de transparence montre un manque de respect pour les droits humains des personnes condamnées à mort et à leurs familles », a dit M. Guterres. « Cela abîme également l’administration de la justice de manière plus générale ».

Pour le Secrétaire général, des données complètes et précises sont vitales pour les décideurs politiques, la société civile et le grand public et sont fondamentale pour le débat autour de la peine de mort et son impact. « Le secret sur les exécutions porte atteinte à ce débat et entrave les efforts visant à protéger le droit à la vie », a-t-il dit.

Le HCDH a de nouveau appelé mardi les Etats à ratifier le traité visant à abolir la peine de mort. « Nous sommes disposés à continuer d’appuyer tous les efforts dans cette direction », a déclaré le porte-parole du HCDH, Rupert Colville, lors d’un point de presse à Genève. « Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme s’oppose au recours à la peine de mort en toutes circonstances », a-t-il rappelé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here