Communiqué de presse

Rien ne justifie l’interdiction d’inhumation de personnes décédées

 La Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), la Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH) et la section sénégalaise d’Amnesty International manifestent leur inquiétude face à la propension, de plus en plus notée, d’interdiction d’inhumer dans des cimetières, prononcée par des religieux.

L’interdiction d’inhumer ces personnes décédées est une pratique qui porte gravement atteinte à la dignité humaine et qui risque de créer un précédent dangereux pour toute la société. Elle ne repose sur aucun fondement religieux ou légal et ne saurait prospérer dans un Etat démocratique.

La RADDHO, la LSDH et Amnesty/Sénégal :

  • Rappellent que les cimetières quelque que soit leur localisation relèvent du domaine public et appartiennent à tous, par conséquent, nulle autorité ne saurait en avoir la possession.
  • Lancent un appel aux autorités administratives et au Procureur de la République pour qu’ils prennent leurs responsabilités et s’assurent que les personnes décédées soient enterrées dans la dignité et non en catimini, dans des lieux inappropriées.

Fait à Dakar, le 18 décembre 2019

Ont signé :

  • Pour Amnesty/Sénégal : Seydi GASSAMA Tél. : +221 77 639 89 59
  • Pour la LSDH : Alassane SECK Tél. : +221 77 639 73 97
  • Pour la RADDHO : Sadikh NIASS : Tél. : +221 77 633 87 13

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here