«KHALIFA EST DANS L’IMPOSSIBILITE DE COMPARAITRE»

0
13

ME ASSANE DIOMA NDIAYE PRÉSIDENT DE LA LIGUE SÉNÉGALAISE DES DROITS DE L’HOMME

 

Joint par nos confrères de la radio Sud fm, l’avocat défenseur des droits de l’homme conforte Khalifa Sall. «Aujourd’hui, Khalifa Sall est dans l’impossibilité juridique, factuelle de déférer à la convocation de la commission parlementaire chargée de la levée de son immunité parlementaire», a-t-il précisé.

 

«Si vous êtes en détention, seul un ordre d’extraction soit du procureur de la République, soit du juge d’instruction qui a décerné le mandat de dépôt peut évidemment vous faire délivrer de la détention. Autrement dit, l’autorité pénitentiaire n’est tenu que par les décisions soit, du procureur de la République soit, du juge d’instruction», éclaire Me Assane Dioma Ndiaye qui ren chérit: «On ne peut pas exécuter en dehors de ces ordres d’extraction. Ce qui ce passe est tout simplement parce qu’on est conscient qu’on est dans l’anormalité puisqu’un député dont on veut lever l’immunité parlementaire est d’abord en liberté. Il est convoqué pour comparaître et être en détention et qu’on essaie de lever votre immunité parlementaire, c’est ça la situation anormal».

Poursuivant son propos, l’avocat n’a pas manqué d’exprimer ses regrets face à ce qu’il qualifie de désinstitutionalisation de tout un système qui était déjà bien établi pour une cause. «On désarticule des règles intangibles universelles. Je pense que la commission doit se rendre compte qu’elle est dans l’impossibilité de faire son travail. Et, ça, c’est le fait de la justice qui aurait dû mettre Khalifa Sall en liberté d’abord pour permettre à la commission ad hoc chargée de la levée de son immunité de faire son travail parce que le règlement intérieur dit que le député doit, ou peut comparaître selon son bon vouloir. Mais, on ne peut pas lui priver d’office ce droit à la comparution».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here